classification (rébarbatif pour les non passionnés)

Pour commencer, un tableau pour comprendre la classification naturelle des végétaux: cette classification permet une reconnaissance stricte des plantes.

 

Le règne végétal est séparé en embranchements et sous-embranchements.

Les deux principaux:

  • Les gymnospermes.

  • Spermaphytes (plantes à graines) à ovules nus (ovule est un nom masculin) portés par une feuille réduite à une écaille plane (écaille ovulifère, du latin fero = je porte) et non pas enclos dans un « sac » (ovaire-carpelle) comme ce sera le cas chez les Angiospermes.

    Après fécondation, l'ovule évolue en une graine, laquelle n'est pas contenue dans un fruit.

    Nota : La notion de fleur chez les Gymnospermes est assez discutée par les botanistes pour des raisons que nous n'aborderons pas. En règle générale, lorsqu'on parle des plantes à fleurs au sens strict, on considère les Angiospermes. Cependant, le terme de fleur est assez classiquement employé chez les Gymnospermes, c'est ce que nous ferons ici.

  • Le cône mâle des Gymnospermes est une fleur dépourvue de périanthe (apérianthée ou achlamydée) qui ne porte que des étamines insérées sur un axe central.
  • Le cône femelle des Conifères est une inflorescence. C’est un organe ramifié constitué d’un axe central trapu sur lequel sont insérés, à l’aisselle de bractées scarieuses, des axes aplatis désignés sous le nom d’écailles ovulifères (charnus dans leur jeune âge, puis ligneux) qui portent à leur face supérieure un ou plusieurs (le plus souvent deux) ovules nus.
  •    

     

       
  • les angiospermes.

    Les graines sont protégées par un fruit. Les plantes à fleur.  

Les gymnospermes n'ont pas d'autre division avant les familles.

Les angiospermes sont divisés en deux classes : les monocotylédones et les dicotylédones.

 

Humm ? cotylé-quoi?

cotylédon que j'vous dis!!!

 

C'est le nom donné aux premières feuilles qui sortent de la graine à la germination, laquelle contient des réserves nutritives. Un monocotylédone n'a qu'une seule feuille, un dicotylédone en a deux et les gymnospermes en ont plus.

un seul cotylédone (en particulier une seule feuille sur la plantule).

des nervures parallèles sur les feuilles, lesquelles sont identiques sur leurs deux faces.

la tige conserve le même diamètre toute la vie.

les éléments qui composent la fleurs (pétales, sépales, étamines,...) sont par 3 ou multiple de 3.(on dit: fleur de type 3)

Exemples : les graminées (herbes), les palmiers, les liliacées (lis, tulipe, jacinthe, oignon, poireau, muguet, asperge), les iridacées (glaïeul, iris, crocus).

 
 
ail des ours: hummmmm!
 

deux cotylédons (en particulier deux feuilles sur leur plantule) 

des nervures ramifiées sur les feuilles dont les faces sont différentes.

la tige croit en épaisseur avec l'âge.

les éléments qui composent la fleur sont par 4, 5 ou multiple de 4 ou 5.

Exemples : la très grande majorité des plantes comme les asteracées(marguerite), les apiacees(carotte sauvage), les fabacées (le trèfle), les papavéracées (le coquelicot), et presque tous les arbres (le marronnier).

 
les dicotylédons d'un tournesol
 

 

Les monocotylédones et dicotylédones sont ensuite divisés en ordres et en familles. Ce sont les familles qui sont vraiment importantes dans le classement.

 

Ce qui donne:

embranchement, sous-embranchement, classe, ordre, famille puis genre et espèce.